Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2013

Discours de la session des 20 et 21 juin 2013

Monsieur le Président,

 

Mes chers collègues

 

Le 7 juin dernier, Pierre Mauroy nous quittait. Pierre Mauroy est pour nous, femmes et hommes de gauche, l’un des principaux artisans de cette si belle victoire de mai 81.

 

Cette victoire qui allait « changer la vie », c’est en grande partie à Pierre Mauroy que nous la devons. Pierre Mauroy, le compagnon de toujours, l’artisan du rassemblement de la gauche, le fondateur des fédérations Léo Lagrange, promoteur inlassable de cette éducation populaire qui nous est si chère aujourd’hui encore. Pierre Mauroy, c’est bien entendu aussi le premier ministre des grandes réformes du début des années 80 : Retraites, pouvoir d’achat, minima sociaux, liberté audiovisuelle, décentralisation, démocratie au sein de l’entreprise, … Toutes ces avancées, nous les lui devons.

 

Pierre Mauroy aujourd’hui parti, il restera une référence pour nous et son action demeurera comme une boussole à l’heure où l’intervention publique trouve plus que jamais son sens en période de crise.

 

Nous devons aujourd’hui préparer l’avenir à l’aune de cet héritage laissé par nos aînés.

 

L’avenir de notre Département passe par sa vitalité économique, par sa capacité à créer de l’emploi durablement et à répondre aux grands défis qui se présentent aujourd’hui en termes d’innovation, de formation, d’anticipation. Vous le savez, l’avenir du site de PSA La Janais est au cœur de nos préoccupations. Secteur essentiel de l’économie d’Ille et Vilaine, la construction automobile connaît aujourd’hui une évolution marquée par une concurrence très rude et par des restructurations importantes. Les salariés du groupe, les sous-traitants ainsi que l’ensemble des femmes et des hommes qui vivent de l’automobile en Ille et Vilaine suivent avec crainte parfois les annonces qui détermineront leur avenir professionnel.

 

Dans ce contexte d’incertitude, le rôle de la collectivité publique, s’il n’est pas de se substituer aux acteurs économiques, est bien de les accompagner, de créer un environnement favorable pour que les entreprises puissent se développer  sereinement, de manière efficace : réseaux, moyens de communication, transports publics, formation sont autant de champs d’intervention du Département qui offrent aux entreprises des raisons de s’implanter en Ille et Vilaine ou d’y développer leur activité. C’est bien là l’esprit de ce pacte productif qui concerne tout autant l’appui aux entreprises pour l’investissement et l’emploi que l’enseignement supérieur et la recherche. Enfin, nous ne négligeons surtout pas le secteur de l’économie sociale et solidaire qui représente 12,3% des effectifs du secteur privé soit 45 552 emplois.

 

Le pacte productif et social d’Ille et Vilaine propose donc une approche très large de la problématique économique départementale. Il ne se limite à aucun domaine en particulier et adopte une vision transversale de l’environnement économique. C’est bien ce qui fait toute sa richesse et tout son intérêt pour les acteurs économiques départementaux.

 

 

La modification des barèmes de participation des familles aux frais de l’internat de respiration nous donne l’occasion de rappeler la pertinence d’un dispositif que notre majorité a mis en place en 2009. Au-delà de cet ajustement de tarification qui vise à plus d’équité dans la participation des familles, rappelons que l’internat de respiration offre à un collégien un temps d’apaisement dans les relations familiales parfois tendues ainsi qu’un retour progressif vers le milieu scolaire par une prise en charge adaptée sur le temps périscolaire. Nos jeunes sont bien trop souvent les premières victimes de la crise économique et sociale et des tensions qu’elle peut engendrer au sein de la structure familiale. L’environnement dans lequel évoluent nombre d’entre eux peut se révéler déstabilisant pour un adolescent encore en recherche de sa personnalité, de ses choix, de ses repères. Nous avons la certitude que l’internat de respiration est un dispositif particulièrement adapté aux enjeux actuels de notre société. C’est non seulement un dispositif qui poursuit une vocation éducative mais il possède aussi une dimension sociale forte. Le bénéfice de l’internat de respiration va aussi bien au jeune et à sa famille qu’à la société toute entière par sa dimension préventive.

 

Le schéma départemental de protection de l’enfance 2013-2017 est lui aussi au cœur de cette problématique. Compétence obligatoire des départements, il ne saurait être un document uniforme à l’échelle nationale. Chaque département possède ses spécificités, ses forces, ses faiblesses et chaque majorité départementale entend décliner ses convictions politiques dans un cadre contractuel avec l’ensemble des partenaires qui agissent dans ce domaine.

 

L’Ille et Vilaine se dote donc d’un nouveau document de planification et de référence pour les quatre années à venir. C’est dans ce cadre que nous avons souhaité promouvoir le développement et la structuration de la prévention, renforcer la place et l’implication des enfants et des familles accompagnés.

 

Enfin nous avons souhaité initier une nouvelle gouvernance départementale en matière de protection de l’enfance conformément au nouvel encadrement législatif.

 

Le caractère pragmatique et ambitieux de ce schéma doit être souligné. En effet, chacun des principes d’intervention est décliné en « objectifs opérationnels » et des indicateurs de suivi sont déterminés. C’est une nouvelle phase de la protection de l’enfance qui débute en Ille et Vilaine. Nous devons nous féliciter de la qualité des partenariats mis en place en la matière et saluer le travail accompli aussi bien par les services de l’Etat que par les associations et les travailleurs sociaux du Département. Il s’agit là d’une politique essentielle pour assurer l’avenir de nos jeunes les plus vulnérables et assurer le respect du principe d’égalité et de cohésion de la société. A ce titre, les efforts déployés par le département dans ce domaine méritent d’être salués.

 

Le soutien aux populations fragilisées sera un point important de cette session. La crise que nous connaissons, malgré les efforts importants entrepris par le gouvernement pour restaurer la compétitivité, la croissance, l’emploi, la pérennité de notre système de protection sociale, cette crise touche encore bien trop de familles et d’individus.

 

C’est dans le but de lutter contre la crise et d’accompagner les habitants du Département les plus vulnérables que nous adopterons un plan de « soutien aux populations fragilisées ». C’est aussi en complément et dans le prolongement du plan national pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale adopté en janvier dernier.

 

L’emploi des jeunes est au cœur de ce plan de soutien. L’expérimentation de parcours d’insertion renforcés et sécurisés pour les jeunes les plus fragiles sera un des axes essentiels de notre action tout comme le renforcement des liens entre les jeunes et le monde économique. Le volet « lutte contre la pauvreté » du plan prévoit un approfondissement de nos relations avec les associations qui œuvrent au quotidien auprès des publics en difficulté. La coordination et la complémentarité des interventions des travailleurs sociaux et bénévoles seront ainsi renforcées. La dimension préventive en matière de logement est, elle aussi, un point fort du plan.

Il s’agit donc là d’un plan ambitieux qui permet de faire évoluer nos pratiques, de les rendre plus efficaces, de donner plus de cohérence à l’action de l’ensemble des partenaires impliqués dans la lutte contre la pauvreté. Aborder la question de l’emploi des jeunes, du logement, de la coordination des acteurs, prévoir des expérimentations, tout ceci dans un plan d’ensemble, nous semble être la façon la plus pertinente pour tenter de répondre à la question difficile de l’exclusion. Celle-ci recouvre des réalités multiformes qui doivent être prises en compte de manière globale. C’est ce que nous nous efforçons de faire en proposant ce plan de soutien aux populations fragilisées.

 

Notre majorité poursuit son action au service du développement de notre territoire départemental et de l’ensemble de ses habitants. Dans un contexte économique et social que nous savons tous difficile, nous poursuivons la réalisation de nos engagements tout en assurant une gestion rigoureuse du budget départemental. Pour autant, si nous restons vigilants sur les grands équilibres des finances publiques départementales, afin de ne pas pénaliser le pouvoir d’achat de nos concitoyens, nous n’en menons pas moins une politique résolument ambitieuse et novatrice.

 

Dès la rentrée de septembre, le lancement de la monnaie complémentaire, le Galleco, viendra une fois de plus l’illustrer. Nous restons un département qui impose moins que les autres, qui maitrise ses dépenses de fonctionnement tout en étant classé par le magazine l’Express second département pour le « bien vieillir », 3ème pour le bien vivre. Rappelons-le, l’Ille et Vilaine accueille chaque année 10 à 12 000 habitants. C’est un signe de vitalité mais c’est aussi un défi de taille pour les collectivités locales en charge d’imaginer et d’organiser le destin collectif. Les services publics rendus à la population à l’échelle départementale doivent donc en permanence s’adapter à cette donne. C’est ce que nous nous efforçons de faire ici en Ille et Vilaine en cohérence avec nos objectifs politiques que sont la promotion de l’égalité des chances, la solidarité entre les personnes et les territoires, le respect de l’environnement.

 

Pour conclure mon propos, chers collègues, cette session sera celle qui permettra de nommer enfin les habitantes et habitants de notre département d’Ille et Vilaine. Le choix d’un gentilé renforcera l’identité de notre Département et lui donnera encore plus de force, de cohésion, de poids. Nul doute que l’imagination de celles et ceux qui ont eu la lourde tâche d’imaginer un tel nom se révélera fertile et prometteuse et qu’elle permettra d’ancrer durablement dans les esprits ce nouveau nom qui sera une part de notre patrimoine commun.

 

Monsieur le Président, le groupe socialiste et démocrate de progrès entend plus que jamais continuer avec détermination à agir à vos côtés et à vous apporter son soutien dans la mise en œuvre de notre projet de mandature. Nos concitoyens nous témoignent au quotidien leur souhait de proximité, de transparence, et leur volonté de voir se réaliser des actions concrètes et innovantes. Par l’organisation en agences, par la consultation de la population au travers de la démocratie participative et d’actions telles que « on se connaît ? », nous tissons chaque jour un peu plus ce lien de confiance et de proximité avec nos concitoyens. Cette exigence de démocratie renouvelée, modernisée, nous en sommes un peu les artisans ici en Ille et Vilaine et nous devons continuer dans cette voies au service de nos concitoyennes et de nos concitoyens.

 

Je vous remercie

 

Franck PICHOT

Président du GSDP

11/06/2013

Le bilan départemental de mi mandat est consultable

Les habitants d’Ille-et-Vilaine ont renouvelé leur confiance en 2011 à notre majorité de gauche au Conseil général. Nous avions promis de poursuivre résolument nos politiques d’égalité des chances et de solidarité entre les individus et les territoires.

Arrivés à mi mandat, nous souhaitons rendre compte des actions que nous avons menées et des projets que nous portons conformément au contrat politique que nous avons passé avec la population.      

 

Vous pouvez accéder au bilan de mi mandat en cliquant sur le lien suivant :   Bilan mi mandat majorité départementale.pdf

 

Bonne lecture.

30/05/2013

Le Conseil général soutient aussi les producteurs de porcs

Réponse au communiqué de Thierry Benoit (Ouest France 28/05/13)

 

Thierry Benoit est de ces députés qui pendant cinq ans ne s’est pas particulièrement occupé des agriculteurs les plus en difficultés. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en moins de 10 ans les inégalités ont augmenté et le nombre d’exploitations a chuté de près de 25%. Monsieur Benoit est donc mal placé pour venir nous faire la leçon. Il aurait été plus utile qu’il pointe la nécessité de solidarité interprofessionnelle entre les céréaliers et les éleveurs de porcs. L’enrichissement des uns faisant l’appauvrissement des autres. A-t-il dénoncé le moment venu le déséquilibre des aides de la PAC ? Je serais intéressé d’avoir son avis sur ce point.

Le département œuvre depuis plusieurs années dans l’accompagnement d’une agriculture compétitive et respectueuse de ces hommes et de l’environnement. Au cas où Thierry Benoit serait frappé d’amnésie, je lui rappelle quelques actions menées par le Département en faveur de l’Agriculture : soutien à l’installation de jeunes agriculteurs, aide au développement des systèmes de production autonomes et économes en intrants, aide à l’acquisition mutualisée de matériels agricoles et surtout aides financières et accompagnement des entreprises de l’Agroalimentaire dans le cadre de notre politique de développement économique. Enfin, je rappelle à Thierry Benoit l’aide conséquente apportée par le Département en collaboration avec la MSA aux agriculteurs les plus en difficultés en 2010.

Le Département se préoccupe de la situation de la filière agricole porcine mais pas seulement. De nombreuses filières sont aujourd’hui fragilisées : lait, porcs, poulets. C’est pourquoi le département joue son rôle à sa mesure en complémentarité de la Région, de l’Etat et de l’Europe.

 

Louis DUBREIL

Vice-président Chargé de l'Agriculture

24/05/2013

Le collège de Crevin sort de terre

collège; crevin; mireille massot,jean-françois guérin; jean-pierre letournel; gilbert menard

Cet après midi, a eu lieu la pose officielle de la 1ère pierre du Collège de Crevin en présence de Mireille Massot, 1ère Vice-présidente, de Jean-François Guérin, Vice-président en charge des collèges et des Conseillers généraux Jean-Pierre Letournel, Gilbert Ménard et Yvon Mellet venus en voisins.

La construction de l’établissement, dont le coût prévisionnel s’élève à 14,2 millions d’euros, est le fruit de la  concertation avec les acteurs éducatifs, sociaux et culturels locaux. Il accueillera les premiers collégiens des communes de Crevin, Bourg-des-Comptes, Pléchâtel, Poligné, Pancé, La Bosse-de-Bretagne, Le Sel-de-Bretagne, Saulnières et Le Petit-Fougeray à la rentrée 2014. 

29/04/2013

Une agriculture au service des territoires et des hommes

L’Ille et Vilaine occupe la première place des départements français pour la production laitière et celle de veaux de boucherie. Elle est à la cinquième place au niveau national pour son nombre d’exploitations et bénéficie d’une forte attractivité pour de nombreuses industries de l’agroalimentaire et de l’agrochimie. La force incontestable de l’Ille et Vilaine en matière agricole est liée à la qualité et au travail des femmes et des hommes de ce secteur. Elle découle également de l’accompagnement des pouvoirs publics. Le Conseil général d’Ille et Vilaine a inscrit l’agriculture au cœur de son projet stratégique de développement. Notre soutien à l’agriculture s’appuie sur la volonté de promouvoir une gestion harmonieuse et partagée de l’espace rural avec l’ensemble des acteurs concernés. Notre objectif est de contribuer au développement d’une agriculture compétitive, à haute performance environnementale en lien avec son territoire. Les récents scandales alimentaires nous renforcent dans notre conviction que la qualité, la traçabilité et la proximité sont indissociables de l’agriculture de demain. Cette agriculture, respectueuse des consommateurs comme des territoires sur lesquels elle s’ancre, bénéficie de tout notre soutien.

Le Projet agricole départemental pour la période 2011 – 2014 s’articule autour de quatre ambitions :

 1. Promouvoir une agriculture basée sur l'élevage qui recèle des enjeux importants pour les questions alimentaires à venir, tant en termes de qualité que de quantité.

2. Développer une agriculture viable, rentable, qui procure un revenu décent et pérenne pour les producteurs. Un modèle qui assure aussi une répartition équitable de la valeur ajoutée.

3. Promouvoir une agriculture qui maintienne ses actifs, créatrice d'emplois et exercée par des agriculteurs formés à la gestion d'entreprise.

4. Développer une agriculture innovante, diversifiée, s'appropriant les grands enjeux de société et présente sur l'ensemble du territoire.

Parallèlement, la montée en puissance de Bioagropolis, à l’initiative du Conseil général d’Ille-et-Vilaine, devrait à terme porter ses fruits : Pôle d’excellence et d’innovation en agroalimentaire, nutrition et agroenvironnement, à vocation nationale et européenne, Bioagropolis est un atout exceptionnel pour notre industrie agroalimentaire. Bioagropolis c’est le regroupement de plusieurs laboratoires publics ainsi qu’une pépinière d’entreprises sur 8.400 m2. Une zone d'activités sera dédiée aux biotechnologies pour des entreprises qui souhaitent profiter de la dynamique créée. Ce pôle répondra pleinement aux enjeux sanitaires, nutritionnels, agro-alimentaires et environnementaux. Il s'agit d'un mariage entre la science des êtres vivants et un ensemble de techniques nouvelles issues d'autres disciplines telle que la chimie, la nutrition, la génétique, l'informatique.

Enfin, le budget 2013 permet la reconduction de l’essentiel de nos dispositifs en faveur de l’agriculture (installation des jeunes agriculteurs, fonds d’aide aux agriculteurs en difficultés, soutien à l’adaptation aux exigences environnementales,…).

12/04/2013

Installation de la Commission bouclier rural en présence de Marylise Lebranchu

marylise lebranchu,bouclier rural,chauvigné,henri rault,ille-et-vilaine,territoires ruraux,conseil général,aménagement territorialLa salle des fêtes de Chauvigné était comble vendredi dernier  pour accueillir Marylise Lebranchu, Ministre de la Réforme de l’Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique venue installer la Commission Bouclier rural. Les enjeux de la présence des services en milieu rural et le niveau de services et d’équipements en Ille-et-Vilaine constituaient l’ordre du jour de cette séance inaugurale.

Cette démarche du bouclier rural initiée par le Conseil général d’Ille-et-Vilaine était annoncée dans le projet stratégique départemental prévoyant une action « pour favoriser le maintien des services publics et d’intérêt général (Poste, gendarmerie, médecins…) sur les territoires ruraux et organiser un débat citoyen sur le sujet »

Deux constats ont amené le Département à s’engager dans cette démarche qui associera des services et des élus du Conseil général, des représentants des services publics et des opérateurs privés : une concentration des services publics et privés essentiellement dans les agglomérations et une désertification des territoires ruraux accentuée par la révision générale des politiques publiques menée par la Droite.

La Commission se réunira régulièrement au cours de cette année afin d’aborder les thèmes de la santé publique et des déserts médicaux, la mobilité, le numérique, les services de base et l’ingénierie publique. Ces différents échanges donneront lieu à une synthèse fin 2013 début 2014 pour aboutir à une charte d’engagement des partenaires afin d’instaurer un bouclier rural.

Cette initiative constitue un nouvel axe majeur dans la politique départementale d’aménagement équilibré du territoire et s’ajoute à de nombreuses actions menées dans ce domaine : contrats départementaux de territoire, Fonds de solidarité territoriale, aménagements routiers, agences départementales, ingénierie publique départementale à destination des communes …

29/03/2013

Lancement de "Quoi de neuf?", la lettre de la majorité départementale

Pour son lancement, « Quoi de neuf ? », la lettre de la majorité départementale, revient sur le vote du budget primitif 2013 (session des 13, 14 et 15 février). Dans ce 1er numéro, vous trouverez également un bilan succinct  des réalisations menées par les élus de gauche au Conseil général d’Ille-et-Vilaine ainsi que les perspectives pour l’année. 

Pour parcourir la lettre, cliquez sur : Quoi de neuf numéro 1.pdf

28/03/2013

Rencontre entre Emmanuel COUET et les élus du GSDP 35

emmanuel couet, franck pichot, gsdp 35, conseil général, ille-et-vilaine, fédération psEn début de semaine, à l’invitation de Franck PICHOT, Emmanuel COUET, 1er Secrétaire de la Fédération d’Ille-et-Vilaine du Parti socialiste, est venu à la rencontre des Conseillers généraux du Groupe Socialiste et Démocrate de Progrès. Cette prise de contact a permis d’échanger sur les actions menées par la majorité départementale en direction des habitants et des territoires et a été l’occasion de faire le point sur les politiques nationales ayant des répercussions sur les Départements.    

25/03/2013

Galléco: la presse nationale en parle

Vous trouverez, en ligne, sur le site de Libération, un article sur Galléco -la monnaie solidaire -qui sera expérimentée dans 3 territoires en Ille-et-Vilaine : le canton de Rennes Centre, les Pays de Redon et de Fougères.

Il vous suffit de cliquer sur le lien : http://www.liberation.fr/societe/2013/03/22/l-ille-et-vil...

21/03/2013

Décès d'Emile BLANDEAU

Nous venons d’apprendre, avec tristesse, le décès de notre collègue Emile BLANDEAU, Conseiller général du canton d’Argentré-du-Plessis.

A sa famille, à ses proches, au Groupe Union de la Droite et du Centre au Conseil général d’Ille-et-Vilaine, nous transmettons nos plus sincères condoléances et les assurons de notre profonde sympathie dans cette épreuve.

 

Les élus du Groupe Socialiste et Démocrates de Progrès